Forest Refuge

Novembre 2015

Sur le tableau d’informations, à côté des horaires de méditations guidées, on peut lire: «Les ours noirs sont de retour dans la région» ou encore: «Attention aux tiques» (déjà plus difficiles à repérer).

Nous sommes en pleine forêt, à quelques heures de Boston.

FORET

Le Forest Refuge est un centre de méditation fondé il y a 40 ans par un moine bouddhiste américain Jack Kornfield*, Sharon Salzberg et Joseph Goldstein. C’est un lieu de retraite magnifique assez connu outre-Atlantique.

HALL DE MEDITATION

Ici, il n’y a pas de sollicitations extérieures, pas de connexion Internet, pas de distractions ou de livres, pas de paroles non plus car tout est en silence.

Nos vies sont tellement remplies, qu’au départ j’ai presque l’impression d’être en cure de désintoxication. Et si il y a un réel soulagement dans le fait de se poser, il y a également une nécessité de construire une discipline intérieure. L’espace qui s’ouvre doit s’apprivoiser peu à peu.

Progressivement, je me suis sentie plus centrée, alignée et reliée à mes ressources intérieures. Se développe une forme de clarté et une grande créativité. Beaucoup d’idées pour la création du lieu émergent. Potentiellement elles sont déjà présentes en moi mais non entendues car dans le quotidien parisien et prise dans la densité de la vie, je n’ai pas beaucoup de temps à leur consacrer. Ici, elles sont là parce qu’un champ des possibles s’est ouvert.

Une retraite est un point d’ancrage, une pause qui permet de repartir en action. Ce n’est pas une coupure ou un repli, mais une ouverture à la vie avec une plus grande intensité dans la conscience des liens entre l’être et l’humain.

IMS CENTER

J’ai passé plusieurs semaines dans ce lieu en work-retreat. Work car je travaille quelques heures par jour dans le département « cuisine » en échange du gite et du couvert. Retreat car je bénéficie de tout l’accompagnement et de l’enseignement comme les autres retraitants.

En clin d’œil, je ne résiste pas à l’envie de partager cette photo des gants de vaisselle avec vous… J’ai trouvé que la personne qui les a baptisés ainsi ne manquait pas d’humour.

Vaisselle et sagesse bouddhiste

Ce qui m’a intéressé dans ce statut particulier et cette expérience, est l’opportunité d’observer de l’intérieur le fonctionnement d’un centre. Dans la perspective de créer moi-même un lieu ressource, ce fut un apprentissage précieux sur le terrain.

*Jack Kornfield a notamment écrit l’excellent livre « Après l’extase, la lessive »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.