Terrain en vue

L’histoire commence lors d’un stage avec JALMALV* et un classique tour de table : « Qui êtes-vous, que faites-vous ? »  En me présentant, je glisse succinctement être dans une démarche de création d’un écolieu. A la pause, Pascale vient me voir : « C’est quoi ton projet d’écolieu ? Nous, on habite un écohameau. » Je souris et me demande si, au XXIe siècle, il faudra reprendre la plupart des mots du dictionnaire pour ajouter le mot « éco » devant.

Nous échangeons, curieuse l’une de l’autre et me voilà, un samedi de décembre, dans les montagnes de l’Ardèche à 40km de Valence pour une visite.

L’écohameau de Cintenat

Je suis emballée par leur maison, au 3/4 auto-construite, en bois, terre, pierre, paille. Bioclimatique avec ses grandes baies vitrées plein sud face aux montagnes et une partie semi-enterrée au nord. Tout est beau dans l’aménagement, les couleurs et rapports entre les matériaux.

Je rencontre deux autres habitants de l’écohameau : Élisabeth et Hervé, ainsi que Nathalie, la maire de la commune de Saint-Etienne de Serre. Tous prévenus de ma visite et intéressés par le projet de création d’une oasis ressource.

Une parcelle en friche

Il se trouve que, dans le prolongement de l’éco hameau, il y a une parcelle de 4 hectares (au sein d’un ensemble de 90 hectares de terres boisées faisant parties du Parc Naturel Régional des Monts d’Ardèche) qui pourrait accueillir l’oasis. Le terrain n’a pas été cultivé depuis longtemps. Entre les arbres, les ronces ont envahi la végétation. On voit les montagnes au loin et, en contrebas dans la vallée de l’Eyrieux, deux cours d’eau : l’Auzène et l’Orsanne.

Je ne donne pas plus de détails sur le terrain pour le moment, cela fera l’objet d’un prochain article avec photos. En tous les cas, ce qui est amusant est que ses caractéristiques correspondent en tous points aux intentions posées.

Un projet de territoire

Ce qui me plait en particulier est que, dès le départ, la conception et création de l’oasis s’inscrirait dans un projet de territoire. C’est là que la démarche devient passionnante. On quitte la dimension individuelle de quelques personnes motivées pour faire leur projet, pour entrer dans un champ plus large où il s’agit de créer des interactions positives et synergies entre les ressources, réseaux et acteurs locaux.

Une autre très grande richesse est de bénéficier de l’expérience et du soutien des habitants de l’écohameau, bâtisseurs dans l’âme, engagés dans une démarche éco responsable, pour diminuer leur empreinte sur l’environnement et amener du soin à la terre.

En guise de conclusion

Si le potentiel est là, il y a quelques étapes très concrètes avant qu’il ne devienne réalité. La commune n’a pas de PLU (Plan Local d’Urbanisme) et le terrain est soumis à la loi montagne.

Le premier pas est de s’assurer du soutien du Parc Naturel Régional, puis de la Communauté d’Agglomération avant d’aller rencontrer les services de l’État qui vont décider de la possibilité de construire.

Tout cela va se faire dans le premier trimestre de l’année. Vous aurez donc des nouvelles tout bientôt si cette option devient réalité. En attendant, n’hésitez pas à mettre un cierge dans une église !

 

*JALMALV : Jusqu’A La Mort Accompagner La Vie.
Une fédération nationale reconnue d’utilité publique.